Rencontre avec Mathilde de Sacy, fondatrice d’Olly lingerie

Olly lingerie

Mathilde fait partie de ces entrepreneur·se·s exigeant·e·s, qui vont à contre-courant d’une industrie de plus en plus grande, de plus en plus puissante et demandeuse en ressources naturelles et humaines. Elle nous invite à repenser notre rapport à ce que l’on nomme “la mode”. Pourquoi ne pas la penser à travers le prisme de l’environnement et de la santé ?

Comment a débuté Olly ?

J’ai créé Olly avec Clémentine pendant nos études. Nous nous sommes rencontrées lorsque nous étions toutes les deux en école de commerce, à l’ESCP Europe. C’est lors d’un échange universitaire à Berlin que nous avons cherché de la lingerie qui serait à la fois jolie, saine et écologique. Nous avons fait des recherches et n’avons pas trouvé de marques qui nous convenaient à la fois sur le style et sur les valeurs.

Nous avons commencé à travailler sur le projet lors d’un cours sur l’entrepreneuriat. Nous avons présenté à la fin de l’année notre marque de lingerie à la fois éthique et esthétique. Puis les cours se sont terminés… et nous avons ressenti un tel vide que nous avons décidé de nous lancer !

Quels constats avez-vous fait à Berlin ?

Il y a une atmosphère très écolo : une proposition de plats végétariens très large, tout le monde circule à vélo, les gens trient bien leurs déchets. Leur conscience écologique est beaucoup plus développée qu’en France.

Pourquoi « Olly » ?

Olly est l’acronyme de Organic & Lovely Lingerie. Yours.

Pouvez-vous décrire l’univers d’Olly ?

C’est à la fois un univers qui encense la nature et le féminin. Nous essayons de le transmettre à travers nos photos, prises en pleine nature en Dordogne avec des mannequins non-professionnelles. Nous avons sorti la lingerie des beaux appartements et des boudoirs et nous sommes allées dans des champs de tournesols ou dans la forêt pour le côté naturel et lumineux.

Quel est le processus de fabrication ?

Nous utilisons du coton 100 % biologique certifié GOTS et de la tulle et de la dentelle pour les petits détails. Nous sourçons les dentelles uniquement en Europe. Les culottes sont donc majoritairement en coton bio, avec en plus, d’autres matières pour les détails selon les modèles.

Pourquoi avoir choisi le coton ?

Le coton est la matière optimale en termes de santé. Tant qu’à porter du coton, mieux vaut le choisir sans pesticides et sans métaux lourds… Cela nous semblait évident de commencer par là. Nous allons essayer de développer d’autres matières et réfléchissons actuellement sur les modèles. En ce moment, nous travaillons sur de la dentelle recyclée, par exemple.

Vous ne récupérez pas directement de la dentelle ?

Notre fournisseur tisse une nouvelle dentelle à partir de fils issus de matières recyclées (d’anciens textiles, de bouteilles en plastique…). 

Quels labels garantissent que vos cotons soient d’origine biologique ?

Le Label GOTS et Oeko-Tex 100 (pour les petits détails). Les dentelles sont d’Europe, et pour les teintures, notre atelier les fabrique en Allemagne. 

Avez-vous eu des difficultés en tant qu’entrepreneuses ?

Une difficulté par jour disons ! La principale est le minimum de commande. C’est une difficulté constante, de l’agrafe à la dentelle. Le financement, également, n’a pas été évident, même s’il s’est soldé par un succès : nous avons dépassé notre objectif à hauteur de 227 % sur Ulule. On s’est dit qu’il n’y avait pas que nous qui cherchions des jolies culottes bio !

Où peut-on trouver votre lingerie ?

Sur le site et dans plusieurs boutiques à Paris, Nantes, Toulouse Périgueux, et nous l’espérons dans bien d’autres encore !

Enfin, y a-t-il un objet culturel que vous avez envie de partager ?

J’aime beaucoup le cinéma. Je m’inspire souvent des films que j’ai aimés pour les shootings. Concernant Olly, les films de Terrence Malik m’inspirent beaucoup. Il a une façon singulière de magnifier la nature. J’aime beaucoup également l’univers très féminin et très pop de Sophia Coppola dans Virgin Suicides ou Marie-Antoinette.

“I am a drop”, signifie que chacun à une capacité d’action propre pour construire un monde plus durable et plus souhaitable. Qu’apporte Olly à la construction de ce monde ?

Olly propose d’une part une alternative à des femmes qui veulent consommer mieux mais qui n’ont pas vraiment envie de se tourner vers des culottes de grands-mères en coton… Nous essayons d’autre part d’informer nos clients sur la mode éthique à travers les ressources de notre site. Nous voulons leur proposer une autre façon de voir la mode.

Olly lingerie


À lire également :

Rencontre avec Pauline et Cattleya, fondatrices de Poétique

Pourquoi privilégier une mode éthique ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.